Retours sur Expérience

Le capital principal de nombreuses entreprises n’apparaît pas dans les bilans financiers classiques.

C’est une ressource immatérielle (*). Cette expression de ressource immatérielle peut paraître bizarre, mais son impact est parfaitement matériel. La « société de la connaissance » est aujourd’hui réalité. Les facteurs de production que sont le sol, les bâtiments et les machines perdent chaque jour de leur importance, selon Jan Hofman, Analyste Senior à la recherche de la Deutsche Bank.

Lire la suite (*)

On pourrait aussi dire: impalpable, immatériel, intangible, mou, soft… La capacité concurrentielle résulte de valeurs décisives que l’on ne peut pas saisir à pleine main : la qualification des collaborateurs, la qualité de la stratégie et des processus internes à l’entreprise, les softwares, les brevets, les marques, le relationnel avec les clients et les fournisseurs.

Voici un exemple simplificateur : Représentez vous la cuisine d’un restaurant. Dans un bilan classique on trouverait les actifs habituels que sont les équipements de la cuisine, le four, les stocks d’ingrédients. Vous n’y trouveriez pas le chef cuisinier d’un restaurant trois étoiles, ni ses assistants, pas plus que les contacts précieux avec des fournisseurs choisis, ni les recettes uniques, ni l’expérience, ni le parfait accord de l’équipe de cuisine. Et pourtant tous ces facteurs sont parfaitement décisifs pour une production parfaite à moindre coût (ce qui ne signifie aucunement que le client doive payer moins cher).

Ceci nous montre comment les vraies valeurs de l’entreprise n’apparaissent pas dans le bilan classique. Il est clair qu’un déroulement parfaitement huilé dans le travail, ou encore la satisfaction clients ne se laissent pas mesurer en € et cents. Et pourtant il est clair que sans cela l’entreprise est rapidement amenée à disparaître.

Les experts estiment que ce sont 50% de la valeur d’une société qui échappe totalement à la méthode classique du bilan, ou n’y apparaissent que de façon marginale. Il s’agit donc de saisir ces ressources immatérielles et dans toute la mesure du possible de les rendre palpables. La méthode de représentation des ressources immatérielle s’appelle un bilan de la connaissance.

QU’EST-CE QUE LE BILAN DE CONNAISSANCE ? C’est l’instrument qui permet de visualiser le « Capital Intellectuel » (CI ou IC dans la terminologie anglo-saxonne) d’une entreprise, de le représenter de façon structurée et ainsi de permettre un meilleur développement de l’entreprise. Le Capital Intellectuel est donc la connaissance existante qui constitue ainsi les facteurs « soft » dans l’entreprise (connaissance des salariés individuellement et connaissance de l’entreprise globalement). Il complète la méthode des rapports financiers classiques, qui omettent les facteurs « soft ». Ainsi est rendue possible une évaluation plus complète de l’entreprise et de ses tendances pour l’avenir.

La valorisation du CI se concentre sur 3 catégories de facteurs d’appréciation :

  • Capital humain: Ce sont les facteurs qui permettent de mieux cerner globalement ce qui relève des individus. On classe entre autres dans cette catégorie la compétence professionnel (expérience et formation), les capacités de direction, d’animation, de relations interpersonnelles et la motivation.
  • Capital structurel: Il s’agit de facteurs intimement liés à la structure de l’organisation et aux processus, tels que: Culture d’entreprise, communication, organisation, innovation produits et innovation des processus.
  • Capital relationnel: Il représente le capital généré par les relations vers l’extérieur de l’entreprise, avec les actionnaires les investisseurs, les partenaires, les clients et les fournisseurs.

Ces trois types de capitaux influencent le business quotidien au niveau des processus dont ils déterminent la qualité et le succès. Cette méthode a déjà été testée avec succès sur 70 PME pilotes en Allemagne.

LE PROJET InCaS Ce sigle est une abréviation de la dénomination anglaise : Intellectual Capital Statement (Bilan du capital intellectuel- BCI). Ce projet est soutenu par l’Union Européenne.

OBJECTIFS ET DEROULEMENT DU PROJET InCaS

Le but majeur est la mise à disposition des PME Européennes d’un instrument de management qui met en évidence leur capital intellectuel spécifique en tant que ressource visible. Le bilan de connaissance veut ainsi contribuer à souligner les forces et les faiblesses du Capital Intellectuel de l’entreprise et ainsi en déduire des actions en vue d’un meilleur développement. Ceci permettra aux entreprises Européennes d’être plus performantes dans la compétition mondiale. Le déroulement se fait en 5 étapes.

Sur le même sujet

Les véritables nouveautés fonctionnelles sont le Team Planner, La ligne de temps e...

Lire Plus

Déterminer la cause des éventuels écarts, l'amplitude de l'écart, et décider si ce...

Lire Plus

Etape essentielle pour fixer la séquence logique des activités et rendre votre pla...

Lire Plus